• Octobre rouge en Lorraine 

    Octobre rouge en Lorraine

     

    Quand l’automne prend des couleurs d’été
    C’est la révolution dans l’Est
    Loin de celle de Russie
    C’est un octobre rouge en Lorraine

    A nous les tee-shirts, les jupes fleuries et les shorts,
    A eux les pulls, les vestes et les écharpes
    A nous les terrasses, les glaces et les parasols
    A eux les bottes et les parapluies

    Quand l’automne prend des couleurs d’été
    C’est la révolution dans l’Est
    Loin de celle de Russie
    C’est un octobre rouge en Lorraine

    A nous les journées ensoleillées
    A eux la pluie et la grisaille
    A nous les températures estivales
    A eux le froid et les gelées

    Quand l’automne prend des couleurs d’été
    C’est la révolution dans l’Est
    Loin de celle de Russie
    C’est un octobre rouge en Lorraine

    A nous la piscine et la bronzette
    A eux les patins et la glace
    A nous les barbecues et les grillades
    A eux les poêles et les marrons

     


    1 commentaire
  • Il était en Belgique…. Une fois.

     Pour le jeu de Violette avec la lettre "B"

     

    Il était en Belgique…. Une fois.

     

    Brigitte et son mari Manu aimaient beaucoup se rendre à Bruxelles, visiter les nombreux quartiers pittoresques de la capitale belge.

    C’est justement lors de l’un de leurs voyages qu’ils ont découvert, caché dans un coin tranquille, loin des traditionnels lieux touristiques, un hôtel particulier à vendre.

    Ce grand manoir, entouré d’un parc et disposant d’une piscine, fit de suite le bonheur de Brigitte, cette ancienne prof en retraite, qui avait toujours rêvé d’être une grande nageuse olympique, mais qui malheureusement ne connaissait que la nage du petit chien.

    C’est ainsi que ce couple quittèrent leur maison du Touquet pour venir vivre en Belgique où Manu trouva un travail d’horticulteur juste en face de chez eux. Il trouva cela très pratique, puisqu’il lui suffisait de traverser la rue pour être à son boulot.

    Depuis, ces derniers vivent heureux, loin du bruit de la ville, passant leur journée sur la terrasse en mangeant des portions de frites préparées avec soin par Brigitte.

     


    2 commentaires
  • Par accident
    Harlan COBEN

     

    Il y a quinze ans, la vie de Nap Dumas a basculé : dernière année de lycée, son frère jumeau et la petite amie de celui-ci ont été retrouvés morts sur la voie ferrée.
    Double suicide d’amoureux ?
    Nap n’y a jamais cru.

    Désormais flic, Nap voit ressurgir le passé :
    Rex, leur ami d’enfance, vient d’être sauvagement assassiné. Sur les lieux du crime, les empreintes d’une femme que Nap pensait disparue : Maura, son amour de jeunesse, dont il était sans nouvelles depuis quinze ans.
    Le choc est total pour le policier. Celle qu’il aimait serait-elle une dangereuse psychopathe ? Où est Maura ?
    Et s’il était le prochain sur sa liste ?

    La vérité est proche. Si proche. Bien plus terrible et dangereuse que tout ce que Nap imagine...

    Puisant dans les légendes urbaines de la ville où il a grandi, le boss du thriller livre un jeu de fausses pistes effroyable.

    Gardez votre sang-froid, la nuit sera longue.

    Edition Belond Noir
    360 pages
    ISBN : 9 782714 475367
    Prix : 21,90 €

     


    2 commentaires
  •  

    Haïku – La paix retrouvée

    Un nouveau terrier
    Pour deux renards fatigués
    La paix retrouvée


    2 commentaires
  • Pour le jeu de Violette avec la lettre "A"

     

    Adolf un cheminot autrichien et sa femme Berta vivaient le parfait amour dans la ville d'Amstetten, un bourg situé dans le land de la basse-Autriche.

    Cependant aux fils des années, leur appartement situé au cœur d'une ancienne cité cheminote, avait perdu de son prestige et peu à peu les anciens collègues d'Adolf s'en étaient allés l'un après l'autre, laissant le couple de plus en plus seul au milieu d'une nouvelle génération de voisins qui n'avaient plus aucun lien avec les chemins de fer, loin de là.

    En effet, ces nouveaux locataires venaient pour la plupart de pays étrangers et n'avaient plus aucun respect ni pour les lieux qui les hébergeaient à présent ni pour les habitants que ces hordes d'anarchistes croisaient dans les escaliers parfois.

    C'est pourquoi après presque un quart de siècle passé là, Adolf et Berta décidèrent à leur tour de fuir cet endroit qui ne leur correspondait plus du tout.

    C'est ainsi qu'à la rentrée dernière, Adolf et Berta démènagèrent pour une résidence de grand standing, loin du bruit, de l'anarchie et du non respect de la vie d'autrui.

    Depuis, ils vivent là des jours meilleurs, au calme, dans un lieu pittoresque, entouré de gentils voisins qui comme eux n'aspirent qu'à la paix et à la sérénité. 


    6 commentaires
  • Ce dimanche, mon épouse et moi avons été invité à déjeuner dans un restaurant gastronomique. Ce restaurant s’appelle « Le Tulipier ». Il est situé à la sortie du village de Vienne-le-Château dans le département de la Marne.

    Là, nous avons eu la joie de pouvoir déguster un repas vraiment exceptionnel dans un cadre verdoyant en plein cœur de la forêt d'Argonne.

    En entrée nous avons eu :

    L’Œuf Poché au Saumon Fumé, Sauce Aurore

    En plat principal :

    Le Filet de Bar et sa Tulipe de Julienne de Carottes à la Fève de Tonka, Sauce Océane

    Puis ce fut le tour de :

    La Trilogie de Fromages et son Mesclun de Salade

    Et pour finir :

    Une Coque en Chocolat, Mousse de Framboises et Framboises Fraîches.

     

    Pour en savoir plus sur ce merveilleux endroit, un clic sur le logo.


    2 commentaires
  •  

    On ne se rend compte du degré de commodité que nos sociétés modernes possèdent, que lorsque ceux-ci viennent à nous lâcher.

    C’est ainsi que depuis cette nuit, notre doux terrier s’est réveillé avec un bruit suspect venant des toilettes. Un ronronnement régulier provenant de la chasse d’eau comme une plainte, un murmure, un appel au secours, nous a fait nous lever alors que dans le ciel luisait encore la pâleur de la lune.

    Arrivé dans la place, je soulevais le couvercle de la dite chasse et je ne pu que constater que le mécanisme avait rendu l’âme face à l’attaque sournoise et silencieuse du calcaire dont notre région fait une forte provision.

    Après avoir sortit la boite à outils, j’ai vainement tenté de ranimer la bête mais cette dernière anéantie par des années de lutte contre le tartre a fini par rendre son dernier filet d’eau.

    Devant mon impuissance à réparer cet accessoire si méconnu mais tant indispensable, j’ai fait appel à un chirurgien spécialiste en tuyauteries et autre bizarreries du monde secret des water closet.

    En attendant la venue de ce messie prévue demain matin, c’est à l’aide d’un simple sceau rempli d’eau que depuis, les membres de ce terrier rincent le réceptacle prévu à la réception de leurs besoins, afin de faire disparaitre toutes traces de leur méfaits.

    Donc depuis ce matin, j’ai l’impression d’être revenu au temps de la famille Ingalls et j’ai dans la tête cette rengaine de Laurent Gerra qui parle d’une cabane au fond du jardin toute entourée de cailloux…


    2 commentaires
  •  

    Haïku – Danse de la pluie

    Rythme trépidant
    Contre la canicule
    Danse de la pluie


    2 commentaires
  • Où l’on parle du brick à boite de la vie

     

    C’est drôle comment on passe notre vie dans des boites. Nos appartements, nos maisons ne sont en fait que des assemblages de boites collées les unes aux autres.

    Déjà tout petit, nos parents nous allongent dans des berceaux, certes ouverts, mais en forme de boites, de peur que l’on s’échappe pour aller ramper vers je ne sais où.

    Plus tard, les petites filles mettent en boites leurs poupées dans de jolies maisons, pendant que les garçons dévalent les rues dans des « boites à savons ».

    Puis arrive l’adolescence, où les jeunes ne pensent qu’à une chose, sortir…. En boite !

    De boites en boites, on arrive dans le monde adulte et l’on et fier d’annoncer un jour à sa famille et ses amis que l’on travaille pour telle ou telle boite.

    Ce phénomène est certainement le plus visible au moment de préparer un déménagement. En effet, c’est à ce moment précis où l’on essaie de rassembler toute sa vie dans un minimum d’espace que l’effet « boite » est le plus visible.

    C’est ainsi que par-ci par-là se dresse des montagnes de brick à boites dont les contenus ont déjà fait l’objet d’un tri rigoureux et qui attendent le « jour J » pour entrer en scène et transporter nos affaires et nos souvenirs depuis l’ancien vers le nouveau monde à la manière d’une colonie de fourmis transportant le fruit de leur labeur.

    Enfin, il est une dernière boite par laquelle chacun d’entre nous passera sans jamais la voir, c’est celle qui nous emmènera vers notre dernière demeure et dont personne n’est pressé d’entrer.

    J’espère que cette mise en boite de ma part vous aura fait sourire et réfléchir sur la condition de notre existence qui à la manière se Stanley Kubrick dans 2001 Odyssée de l’espace était tournée vers un monolithe noir en forme de…. Boite !!!


    4 commentaires
  •  

    Poésie – Alerte Canicule

    Après une bonne nuit de sommeil
    Se réveiller

    Par la sonnerie du réveil
    Se lever

    Dans la salle de bain
    Se laver

    Autour d’un café et d’un pain
    Déjeuner

    Par la fenêtre la fraicheur
    Respirer

    Avant l’arrivée de la chaleur
    S’enfermer

    Les volets baissés dans le noir
    S’hydrater

    Les heures jusqu’au soir
    Compter

    A la tombée de la nuit
    S’oxygéner

    Un nouveau jour s’enfuit
    Libérer

    Vers un lendemain futur
    S’en aller

    Sous les couvertures
    Rêver


    2 commentaires