• Ce dimanche, mon épouse et moi avons été invité à déjeuner dans un restaurant gastronomique. Ce restaurant s’appelle « Le Tulipier ». Il est situé à la sortie du village de Vienne-le-Château dans le département de la Marne.

    Là, nous avons eu la joie de pouvoir déguster un repas vraiment exceptionnel dans un cadre verdoyant en plein cœur de la forêt d'Argonne.

    En entrée nous avons eu :

    L’Œuf Poché au Saumon Fumé, Sauce Aurore

    En plat principal :

    Le Filet de Bar et sa Tulipe de Julienne de Carottes à la Fève de Tonka, Sauce Océane

    Puis ce fut le tour de :

    La Trilogie de Fromages et son Mesclun de Salade

    Et pour finir :

    Une Coque en Chocolat, Mousse de Framboises et Framboises Fraîches.

     

    Pour en savoir plus sur ce merveilleux endroit, un clic sur le logo.


    2 commentaires
  •  

    On ne se rend compte du degré de commodité que nos sociétés modernes possèdent, que lorsque ceux-ci viennent à nous lâcher.

    C’est ainsi que depuis cette nuit, notre doux terrier s’est réveillé avec un bruit suspect venant des toilettes. Un ronronnement régulier provenant de la chasse d’eau comme une plainte, un murmure, un appel au secours, nous a fait nous lever alors que dans le ciel luisait encore la pâleur de la lune.

    Arrivé dans la place, je soulevais le couvercle de la dite chasse et je ne pu que constater que le mécanisme avait rendu l’âme face à l’attaque sournoise et silencieuse du calcaire dont notre région fait une forte provision.

    Après avoir sortit la boite à outils, j’ai vainement tenté de ranimer la bête mais cette dernière anéantie par des années de lutte contre le tartre a fini par rendre son dernier filet d’eau.

    Devant mon impuissance à réparer cet accessoire si méconnu mais tant indispensable, j’ai fait appel à un chirurgien spécialiste en tuyauteries et autre bizarreries du monde secret des water closet.

    En attendant la venue de ce messie prévue demain matin, c’est à l’aide d’un simple sceau rempli d’eau que depuis, les membres de ce terrier rincent le réceptacle prévu à la réception de leurs besoins, afin de faire disparaitre toutes traces de leur méfaits.

    Donc depuis ce matin, j’ai l’impression d’être revenu au temps de la famille Ingalls et j’ai dans la tête cette rengaine de Laurent Gerra qui parle d’une cabane au fond du jardin toute entourée de cailloux…


    2 commentaires
  •  

    Haïku – Danse de la pluie

    Rythme trépidant
    Contre la canicule
    Danse de la pluie


    2 commentaires
  • Où l’on parle du brick à boite de la vie

     

    C’est drôle comment on passe notre vie dans des boites. Nos appartements, nos maisons ne sont en fait que des assemblages de boites collées les unes aux autres.

    Déjà tout petit, nos parents nous allongent dans des berceaux, certes ouverts, mais en forme de boites, de peur que l’on s’échappe pour aller ramper vers je ne sais où.

    Plus tard, les petites filles mettent en boites leurs poupées dans de jolies maisons, pendant que les garçons dévalent les rues dans des « boites à savons ».

    Puis arrive l’adolescence, où les jeunes ne pensent qu’à une chose, sortir…. En boite !

    De boites en boites, on arrive dans le monde adulte et l’on et fier d’annoncer un jour à sa famille et ses amis que l’on travaille pour telle ou telle boite.

    Ce phénomène est certainement le plus visible au moment de préparer un déménagement. En effet, c’est à ce moment précis où l’on essaie de rassembler toute sa vie dans un minimum d’espace que l’effet « boite » est le plus visible.

    C’est ainsi que par-ci par-là se dresse des montagnes de brick à boites dont les contenus ont déjà fait l’objet d’un tri rigoureux et qui attendent le « jour J » pour entrer en scène et transporter nos affaires et nos souvenirs depuis l’ancien vers le nouveau monde à la manière d’une colonie de fourmis transportant le fruit de leur labeur.

    Enfin, il est une dernière boite par laquelle chacun d’entre nous passera sans jamais la voir, c’est celle qui nous emmènera vers notre dernière demeure et dont personne n’est pressé d’entrer.

    J’espère que cette mise en boite de ma part vous aura fait sourire et réfléchir sur la condition de notre existence qui à la manière se Stanley Kubrick dans 2001 Odyssée de l’espace était tournée vers un monolithe noir en forme de…. Boite !!!


    4 commentaires
  •  

    Poésie – Alerte Canicule

    Après une bonne nuit de sommeil
    Se réveiller

    Par la sonnerie du réveil
    Se lever

    Dans la salle de bain
    Se laver

    Autour d’un café et d’un pain
    Déjeuner

    Par la fenêtre la fraicheur
    Respirer

    Avant l’arrivée de la chaleur
    S’enfermer

    Les volets baissés dans le noir
    S’hydrater

    Les heures jusqu’au soir
    Compter

    A la tombée de la nuit
    S’oxygéner

    Un nouveau jour s’enfuit
    Libérer

    Vers un lendemain futur
    S’en aller

    Sous les couvertures
    Rêver


    2 commentaires
  •  

    Dernières nouvelles de notre migration vers notre futur "Home Sweet Home". 

    Le précédent locataire vient d'effectuer son état des lieux avec le propriétaire hier soir. Maintenant ce dernier devrait procéder au remplacement de la hotte défectueuse dans la cuisine, ainsi qu'un rafraîchissement des murs et plafonds (d'après notre dernière conversation téléphonique). 

    Une fois ces petits travaux de remise en état, il devrait nous contacter d'ici la fin du mois d'août pour procéder à la signature de notre bail et procéder au nouvel état des lieux avant la remise des clés.

    Je ne manquerai pas de vous tenir informé...


    2 commentaires
  • Poésie - Août

    Voici venu le mois d’août
    C’est le temps de prendre l’autoroute
    Aller à Strasbourg manger une choucroute
    A moins que dans le doute
    Je ne prenne ce matin la route
    Loin des chaines de restoroutes
    Dont les plats industriels me dégoutent
    Afin de trouver le meilleur casse-croute
    Qu’il faut absolument que je goute
    C’est pour cela que tel un bon scout
    Je vous quitte là et vous dit à tout’


    2 commentaires
  •  

    Aujourd’hui j’ai croisé mon copain Olaf. Avec cette canicule je l’ai invité à venir chez moi se mettre à l’ombre. Le temps d’aller en cuisine chercher des rafraichissements, il a disparu mais en plus il a pissé partout…

    Soyez bon avec les bonhommes de neige et voilà le résultat !!!


    2 commentaires
  • Où l'on présente La Marianne engagée

     

    Avec l'affaire Benala, elle est passée inaperçue. Elle c'est la nouvelle Marianne. La Marianne à Macron.

    Depuis quelques jours, elle suscitait dans le milieu de la philatélie un engouement particulier. En effet, si la date de parution était connue (le 23 juillet), personne ne connaissait son portrait. 

    Certains tels que votre serviteur, avait parié que la tête à Marianne aurait les traits de Brigitte... Mais non, en bon Bonapartiste, le locataire du Palais n'a pas osé aller jusque là. Cependant, je suis sûr, que quelque part dans sa tête cette idée lui a titiller les neurones.

    Fort heureusement pour la République et pour la France, Marianne est restée telle qu'à elle même, c'est à dire libre, même si le Président l'a voulu "engagée".

    "La Marianne engagée", car c'est le titre de l'oeuvre originale. Une oeuvre réalisée par une "Street artiste" nommée Yseult Digan, qui recouvre actuellement tout un pan de mur sur un bâtiment de Périgueux.

    Le choix de cette Marianne a été fait par le Président Macron aidé par le vote de 550 pupilles de la Nation.


    2 commentaires
  •  

    Ça y est. La Coupe du Monde est passée, le Tour de France est arrivé et le mois de juillet se termine. La France ouvrière va enfin pouvoir souffler et la grande migration annuelle va débuter.

    Dans quelques heures, les entreprises mettront la clé sous la porte et le pays tout entier va s'arrêter. 

    Sur les autoroutes, des millions de têtes brûlés par le soleil de juillet vont regagner la douceur de leurs foyers pour onze mois d'hibernations, tandis que dans l'autre sens des millions de visages pâles guidés par le grand chef Bison Futé feront la queue durant des heures pour donner leur modeste obole au Dieu Péage, avant de pouvoir enfin s'étaler sur un demi mètre carré de sable brûlant tel des merguez alignés sur des barbecue géant.

    Car cela fait onze mois que ces drôles d'homo sapiens attendent le retour du mois d'août afin de savourer les joies de l'entassement, du sable brûlant qui s'insinue partout, de la musique techno du voisin et de son maudit parasol qui fait de l'ombre, du tube de crème solaire qui éclate toujours au fond du sac, de ce vendeur à la sauvette qui nous arnaque sur le prix d'une boisson plus chaude que si elle sortait du four. Etc, etc..... 

    Bref, rien que du bonheur !!!

    Tandis que moi, modeste cheminot, je serai comme chaque jour sur mon lieu de travail à préparer des trains pour que les futurs voyageurs partent tranquilles sans avoir à se soucier si le plein à été fait ou si l'abonnement au télépéage a bien été réglé. 

    Oui, car quand l’électricité arrive jusque dans la caténaire, personne ne dit rien mais il suffit d'un incendie pour entendre partout que la SNCF ne fait pas son boulot ! 

    A ces personnes je dirai une chose. Il y a quelques années, vous avez été des millions à demander à la SNCF, le retrait des engins à moteurs diesel soi-disant pour le bien de la planète. Aujourd'hui, des centaines de locomotives diesel se meurent du côté de la banlieue de Rouen, laissées à l'abandon au nom de l'écologie citoyenne (Elles sont bien visibles sur Google Maps). Alors de grâce, ne venez pas vous offusquer devant les caméras si aujourd'hui, il n'y a plus de trains diesel pour vous faire quitter la Capitale.

    En effet, depuis ce week-end, j'ai l'impression que l'ensemble des destinations choisies par les vacanciers doivent absolument transiter par la gare de Montparnasse. Cela me fait penser au sketch de Chevalier et Laspales "La SNCF". Mais ceci est un mal français bien connu qui s'appelle : Le Parisianisme. Mal qui consiste à faire croire à l'ensemble du Monde qu'il n'y a qu'une seule ville en France qui est Paris. Je rappelle à ceux qui souffre de ce mal qu'il existe d'autres endroits en France remplis d'êtres humains qui se nomment "autochtones", aussi intelligent que des parisiens et qui vous reçoivent gentiment sur vos lieux de vacances. Alors ne les traiter pas en demeurés et tenter de vivre auprès d'eux comme des êtres civilisés et non comme des bêtes sauvages.

    Mais je ne veux pas me fâcher avec tout le monde, c'est pourquoi, je vous souhaite malgré tout de passer de très bonnes vacances, quelque soit votre destination.

     

     

     


    2 commentaires