• Le cygne du destin

     

    Le cygne du destin

    Perdu… Il avait tout perdu. Sa femme, son travail, son argent, ses amis, sa maison.

    Aujourd'hui cet homme perdu se retrouvait seul, assis au bord de l’eau. Sa tête doucement coincée entre ses mains, il réfléchissait à son triste sort. Il ne lui restait que de son passé glorieux de banquier, qu’un petit sac dans lequel se côtoyaient le minimum vital en vêtements et ustensiles utiles en cas de survie. A présent, il attendait, le regard fixe, et l’esprit vagabondant dans les méandres de ses pensées, un signe du destin.

    Or, ce dernier surgit sous la forme d’un cygne voguant sur l’eau. L’homme perdu ne remarqua pas tout de suite le grand oiseau blanc à ses côtés. Ce n’est que lorsque l’animal lui réclama un peu de pitance qu’il le vit. Malgré son nouvel état de pauvreté, l’homme perdu posa sa main sur le morceau de pain qui trônait sur le sac à ses côtés. Avec délicatesse, il rompit le pain en deux parties égales et partagea ainsi son maigre repas avec son nouvel ami, le cygne blanc.

    Quelques minutes après, le cygne observa l’homme généreux avec lui. Ce dernier venait de se relever et cherchait à présent un banc pour passer la nuit qui arrivait. Il en trouva un qui se trouvait ancré au sol contre le mur du quai sur lequel il se trouvait depuis qu’il ne lui restait plus rien dans cette vie. Il s’endormit tant bien que mal, malgré les bruits de la ville au dessus de sa couche de fortune.

    Le lendemain matin, à son réveil, il trouva à ses pieds une valise trempée avec une plume blanche coincée sous la poignée. Quand, il ouvrit cette dernière, il trouva à l’intérieur une forte somme d’argent. En relevant la tête, il aperçu des traces mouillée sur le quai qui conduisait au fleuve devant lui. En scrutant l’horizon, il vit son nouvel ami, le cygne blanc qui semblait l’observer. Quand leurs regards se croisèrent, le cygne déploya ses ailes comme pour dire au revoir, et s’envola dans le ciel de la cité.

    L’homme qui avait tout perdu, avait pourtant encore gardé avec lui quelque chose d’essentiel : son honnêteté.

    Il prit la plume blanche et la mit dans sa poche tandis qu’il interpella deux agents de police qui passaient par là. Il passa sous silence, son histoire avec le cygne blanc et leur déclara qu’il avait sortit de l’eau cette valise qui flottait. Les traces d’humidité encore présente sur le quai finirent de convaincre les forces de l’ordre de la véracité de son histoire.

    Plus tard dans la journée, une grosse limousine vint se garer sur le quai qui était devenu la nouvelle adresse de l’homme perdu. A son bord, se trouvait le directeur de la banque cambriolée le mois dernier. Il voulait remercier personnellement, la personne qui avait retrouvé l’argent volé dans son établissement. Il descendit de sa voiture et alla retrouver l’homme perdu sur le bord du quai. Ils échangèrent ainsi quelques mots et le directeur proposa à cet honnête homme une place de cadre dans sa banque.

    L’homme perdu accepta avec joie ce nouveau départ dans sa vie. Il serra la main de son nouvel employeur en souriant quand son sauveur lui tendit sa carte de visite. En effet, le directeur de la banque se nommait monsieur La Plume et son agence se trouvait place du cygne blanc.

    Pendant ce temps à quelques mètres de là, au milieu de l’eau, le grand cygne blanc regardait la scène en silence. Quand l’homme à présent retrouvé vit son nouvel ami, il lui fit un geste de la main en guise de remerciements. Dans l’autre au fond de sa poche, l’homme à présent retrouvé tenait fortement serré la plume blanche. C’est ce moment que choisit le bel oiseau blanc pour se retourner et glisser sur l’eau, vers un autre destin à sauver.

     


    votre commentaire