• Un voyage de rêve

     

    Un voyage de rêve

    Bercée par le roulis de la rame et le clair obscur des néons du tunnel, Aïcha, assise sur un strapontin, une jambe posée sur l’autre, voit sa vie soudain défiler devant ses yeux mi-clos.

    Cela commence par le soleil brûlant de son pays dans la cour de l’école. Plus tard, les youyous des femmes du village qui se mêlent à l’appel du muezzin pour la prière. Enfin, la déchirure de ses parents lors de son départ pour la France afin de poursuivre ses études.

    De même, elle commence à oublier cette odeur âcre, si caractéristique du métro, pour ne sentir que celles des bâtons d’encens et des épices de la cuisine son enfance et enfin la fumée provenant des shishas, alignées sur les tables, le long des terrasses du bled.

    Ca y est, cette fois elle en est sûre. Elle est de retour au pays.

    Déjà les murs blanchis à la chaux des premières maisons apparaissent devant elle, et sur la place de son village, la fontaine sous les palmiers n’a pas changé. A côté de cette source d’eau, un âne chargé de deux paniers en osier remplis d’agrumes, l’observe sans bouger. Plus loin des femmes voilées de noir s’enfuient devant cette gazelle au teint pâle qui ose apparaître tête nue à la descente du bus.

    Mais soudain, le métro ralentit et entre en gare. Son rêve brisé par les freins puissants de la machine, réveille cette Aïcha, du pays des merveilles vers la vie réelle d’un monde en plein effervescence, très loin de cet âne, de son village et de son pays.

     


    2 commentaires