• Marquée au fer rouge

    Marquée au fer rouge

     

    Marquée au fer rouge

    Lorsqu’elle ouvrit un œil, elle s’étonna de la lumière blafarde de la pièce, émise par un néon au ton verdâtre. Elle était allongée sur un lit et les effets des sédatifs commençaient à se dissiper.

    Petit à petit, sa mémoire embrumée revenait et elle commença à se rappeler cette folle journée.

    Tout cela avait bien commencé. Elle travaillait dans un grand cabinet d’avocats, dans lequel les affaires ne manquaient pas. D’ailleurs, ce jour là, un nouveau contrat lui avait été confié qui pouvait rapporter très gros pour son employeur et pour elle si elle parvenait à faire signer le client.

    Tout en buvant son café avec ses collègues, elle pensa qu’il était grand temps de mettre la main à la pâte et de regagner son bureau pour se pencher sur ce nouveau dossier. Ce client était un homme riche et très connu dans la région. Il possédait de nombreuses entreprises et avait fait fortune grâce à l’immobilier.

    Mais ce dossier là était très particulier. En effet, une banale affaire d’héritage entre son client et un cousin éloigné, avait fini devant les tribunaux pour des droits réclamés par les deux parties en présence. Toute cette affaire était montée en épingle et avait tenu en haleine les lecteurs du journal local durant des mois.

    Elle donna rendez-vous à cet homme d’affaire dans un grand restaurant de la région afin de discuter du dossier après un bon déjeuner offert par le cabinet, bien sûr.

    C’était à midi que tout avait basculé pour elle.

    En effet, le parking où était garée sa voiture était désert. Elle marchait d’un pas alerte quand tout à coup un individu la ceintura d’une main tout en lui plaquant l’autre sur la bouche. Elle se débattit mais ne put rien contre la force herculéenne de ce colosse en rut, à l’odeur nauséabonde.

    A présent, elle avait retrouvé toute sa mémoire et c’est avec rage qu’elle comprit dans sa tête ce qui s’était passé.

    Violée ! Oui elle avait été violée, et elle était à jamais comme marquée au fer rouge, par ce corps étranger enfoncé dans sa chair meurtrie. Elle se sentit soudain sale et voulu se rendre dans la salle de bain attenante à sa chambre, mais la porte s’ouvrit et une infirmière entra accompagnée d’une femme inconnue. Elle se présenta comme étant inspectrice de police. Elle était chargée de cette enquête et voulait l’interroger sur les circonstances de son agression. L’infirmière lui donna cinq minutes avant de se retirer de la chambre.

    Après quelques instants, on toqua à la porte. L’inspectrice alla ouvrir et la femme reconnut depuis son lit, le livreur travaillant chez le fleuriste situé à côté de son travail. Ce dernier déposa un immense bouquet de fleurs sur la table de chevet, de la part de l’ensemble du personnel de son cabinet. En se penchant pour sentir le bouquet, elle eut un haut-le-cœur. Elle devint soudain blanche. En effet, elle venait de reconnaître l’odeur nauséabonde du déodorant émanant du livreur. C’était lui ! C’était son agresseur ! Il avait eut le culot de venir après ce qu’il lui avait fait !

    De la porte où elle se tenait, l’inspectrice avait vu la scène et le visage de la victime soudain se décomposer. Entraînée à voir les moindres détails, elle comprit immédiatement ce qui se passait. Elle sortit son arme de service et la pointa sur le livreur, afin de procéder à son arrestation. Il passa très vite aux aveux. Il était tombé amoureux de cette femme d’un autre monde que le sien, qu’il croisait chaque jour dans la rue, à côté de son boulot. Il fantasmait de plus en plus sur elle jusqu’à ce jour fatidique où il passa à l’acte. Il fut condamné à mort pour agression et viol. Le jour de son exécution, fut un soulagement pour la pauvre femme, malgré cette profonde blessure en elle qui ne guérirait jamais.

     

    « Des fruits de saisonBonne fête papa »

  • Commentaires

    1
    Samedi 17 Juin à 11:16
    covix

    Bonjour, 

    Un texte très fort, c'est vrai que ne sort jamais indemne de ce genre d'agression, quelque soit le sexe de la personne, ne l'oublions pas.

    Bonne journée

    @mitié

      • Vendredi 23 Juin à 09:51

        Bonjour Bernard,

        C'est vrai que les hommes peuvent être aussi soumis à ce genre de cas. Je te remercie de le rappeler dans ton commentaire.

        Bonne journée... innocente,

        Amitiés.

    2
    Samedi 17 Juin à 23:43

    Une nouvelle pas très gaie, voire pas du tout. L'essentiel c'est que le coupable soit puni, mais elle ? se remettra t-elle de cette infamie ?

    Bisous

    Violette

      • Vendredi 23 Juin à 09:52

        Bonjour Violette,

        Malheureusement pour elle, de ce que j'en sais, cette pauvre femme, comme toute les victimes de ce genre d'agression , ne se remettra jamais d'un tel acte.

        Bonne journée.... désolée,

        Gros bisous à vous deux.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :