• Romanesque  - Lorànt DEUTSCH

    Romanesque
    Lorànt DEUTSCH

     


    Après Paris et les routes de France, Lorànt Deutsch aborde un sujet passionnant où son talent de conteur fait merveille !

    La folle aventure de la langue française

    Première surprise : l’ancêtre du français, ce n’est pas le gaulois mais le « roman », la langue romaine issue du latin de Jules César, le vainqueur de la Gaule !

    En effet, au fil des invasions et de nos propres conquêtes, ce latin s’est transformé et enrichi de multiples apports : germaniques avec les Francs, nordiques avec les Vikings, arabes au moment des croisades, italiens à la Renaissance… avant de devenir un français triomphant dans toutes les cours d’Europe au XVIIIème siècle, grâce à nos philosophes.

    Entre-temps les troubadours ont inventé l’amour et les femmes écrivains réclamé leur émancipation, les grammairiens se sont occupés de la syntaxe et la réforme de l’orthographe a déjà rendu quelques linguistes fous ! Enfin, l’école obligatoire acheva de permettre à tous les citoyens français de communiquer. Aujourd’hui, l’abus des termes anglais, les mots issus de la culture urbaine et les raccourcis de nos Smartphones inquiètent les puristes… Ils ont tort : le temps fera le tri. Et de ce bouillonnement créatif continuera d’émerger une langue vivante, ouverte à tous : la langue française est une langue d’accueil.

     

    Edition Michel LAFON
    398 pages
    ISBN : 9 782749 936321
    Prix : 18,95 €

     


    1 commentaire
  • Pour le jeu de Violette avec la lettre "D"

     

    Daniel Benassi voulait exercer la profession de garde du corps. Pour cela son employeur, un riche banquier très en vue dans la capitale, l’envoya faire un stage de préparation dans l’un des pays allié de la France.

    C’est ainsi, qu’il se retrouva ce matin là sur le tarmac de l’aéroport de Djibouti, à des milliers de kilomètres de Paris.

    Comme son cerveau se situait plutôt du côté des avant-bras que de sa tête, il avait du mal à comprendre où était situé Djibouti. En effet, faire la différence entre une ville qui est aussi un pays, c’est beaucoup plus simple avec le Luxembourg qu’avec un pays lointain perdu au bout de la péninsule africaine.

    Bref après quelques heures passées dans son cabinet, Manu, son patron, avait réussi à lui expliquer en lui indiquant sur Google où était le site d’entrainement.

    Cependant, pour qu’aucun lien ne puisse se faire entre son patron et lui, Manu avait discrètement piraté son téléphone portable et effacé tous les messages ainsi que le répertoire de Daniel. De cette manière, aucune chance de savoir par qui le stage commando de ce dernier était financé.

    Après un mois passé à crapahuter au sein d’une section commando, Daniel dont le cerveau n’était déjà pas très affuté revint à Paris où il entra directement en fonction.

    Afin de jauger ses compétences, Manu l’envoya en tant que témoin, surveiller une manifestation de travailleurs qui devait se dérouler dans les rues de la capitale.

    Malheureusement, pour tous ceux qui l’approchaient, les derniers neurones de Daniel voyaient un ennemi en chaque piéton qui s’approchait à moins de cent mètres de cette manifestation.

    C’est ainsi qu’à la fin de la journée, notre Rambo de bac à sable avait déjà mis au sol et hors d’état de nuire, trois hommes, deux femmes, huit enfants et…. Deux caniches.

    Devant une telle incompétence, Manu n’eut d’autre choix que de licencier son garde du corps, véritable grenade dégoupillée lâchée en pleine nature. C’est pour cette raison que Manu fit appel à l’un de ses amis, un grand professeur en psychiatrie qui possédait une clinique privée en banlieue.

    Depuis ce jour, on n’entendit plus jamais parler de Daniel et les piétons de la capitale ne furent plus jamais attaqués sans raisons par ceux qui étaient sensés les protéger.


    1 commentaire
  • Pour le jeu de Violette avec la lettre "C"

     

    Quand la Chine s’éveille

     

    La journée se passait bien pour Monsieur Cha-O-Ling. Ce modeste blanchisseur de Canton travaillait depuis des années pour le pouvoir Chinois, son pays de naissance.

    En effet, cela faisait presque cinquante ans que Monsieur Cha-O-Ling s’occupait des uniformes de l’Armée rouge, sans qu’aucune plainte ne soit déposée à son encontre suite à son travail de blanchissage.

    Pas une tâche ne lui résistait depuis qu’il avait ouvert sa modeste boutique dans les faubourgs de Canton. Pas une, jusqu’à cette maudite tâche trouvée sur le col de la chemise d’un colonel d’active.

    Impossible pour Monsieur Cha-O-Ling de trouver l’origine, ni la composition exacte de cette dernière. Lui qui se voulait être une encyclopédie vivante de la tâche, se trouvait mis en échec par une pollution inconnue qui tranchait avec la blancheur immaculée tel un grain de riz sauvage au milieu de la face.

    C’est justement cette face que Monsieur Cha-O-Ling ne voulu pas perdre et en désespoir de cause, n’arrivant pas à retirer cette empreinte cruelle sur le col de cette chemise, il se retira dans son arrière boutique où il saisit le Bagua Dao légué par son père afin de se donner la mort avec toute la dignité que représente ce geste de désespoir.

    Ce n’est qu’au petit matin suivant que ses employés découvrirent son corps inanimé traversé de part en part par la longue lame de plus d’un mètre de long.

    C’est ainsi que la Chine perdit l’un de ses plus grand blanchisseurs. Depuis son départ, et face à la grisaille des cols de l’Armée rouge, le pouvoir en place s’est effondré pour laisser le pays lentement basculer dans le milieu économique mondial.

    C’est pourquoi de nos jours, la majorité des produits consommés de part le monde provient de plus en plus de Chine. C’est le sacrifice de Monsieur Cha-O-Ling qui fait qu’aujourd’hui, nous sommes envahis de chemises grises en provenance de Canton.

     


    2 commentaires
  • Il était en Belgique…. Une fois.

     Pour le jeu de Violette avec la lettre "B"

     

    Il était en Belgique…. Une fois.

     

    Brigitte et son mari Manu aimaient beaucoup se rendre à Bruxelles, visiter les nombreux quartiers pittoresques de la capitale belge.

    C’est justement lors de l’un de leurs voyages qu’ils ont découvert, caché dans un coin tranquille, loin des traditionnels lieux touristiques, un hôtel particulier à vendre.

    Ce grand manoir, entouré d’un parc et disposant d’une piscine, fit de suite le bonheur de Brigitte, cette ancienne prof en retraite, qui avait toujours rêvé d’être une grande nageuse olympique, mais qui malheureusement ne connaissait que la nage du petit chien.

    C’est ainsi que ce couple quittèrent leur maison du Touquet pour venir vivre en Belgique où Manu trouva un travail d’horticulteur juste en face de chez eux. Il trouva cela très pratique, puisqu’il lui suffisait de traverser la rue pour être à son boulot.

    Depuis, ces derniers vivent heureux, loin du bruit de la ville, passant leur journée sur la terrasse en mangeant des portions de frites préparées avec soin par Brigitte.

     


    3 commentaires
  • Par accident
    Harlan COBEN

     

    Il y a quinze ans, la vie de Nap Dumas a basculé : dernière année de lycée, son frère jumeau et la petite amie de celui-ci ont été retrouvés morts sur la voie ferrée.
    Double suicide d’amoureux ?
    Nap n’y a jamais cru.

    Désormais flic, Nap voit ressurgir le passé :
    Rex, leur ami d’enfance, vient d’être sauvagement assassiné. Sur les lieux du crime, les empreintes d’une femme que Nap pensait disparue : Maura, son amour de jeunesse, dont il était sans nouvelles depuis quinze ans.
    Le choc est total pour le policier. Celle qu’il aimait serait-elle une dangereuse psychopathe ? Où est Maura ?
    Et s’il était le prochain sur sa liste ?

    La vérité est proche. Si proche. Bien plus terrible et dangereuse que tout ce que Nap imagine...

    Puisant dans les légendes urbaines de la ville où il a grandi, le boss du thriller livre un jeu de fausses pistes effroyable.

    Gardez votre sang-froid, la nuit sera longue.

    Edition Belond Noir
    360 pages
    ISBN : 9 782714 475367
    Prix : 21,90 €

     


    3 commentaires
  • Pour le jeu de Violette avec la lettre "A"

     

    Adolf un cheminot autrichien et sa femme Berta vivaient le parfait amour dans la ville d'Amstetten, un bourg situé dans le land de la basse-Autriche.

    Cependant aux fils des années, leur appartement situé au cœur d'une ancienne cité cheminote, avait perdu de son prestige et peu à peu les anciens collègues d'Adolf s'en étaient allés l'un après l'autre, laissant le couple de plus en plus seul au milieu d'une nouvelle génération de voisins qui n'avaient plus aucun lien avec les chemins de fer, loin de là.

    En effet, ces nouveaux locataires venaient pour la plupart de pays étrangers et n'avaient plus aucun respect ni pour les lieux qui les hébergeaient à présent ni pour les habitants que ces hordes d'anarchistes croisaient dans les escaliers parfois.

    C'est pourquoi après presque un quart de siècle passé là, Adolf et Berta décidèrent à leur tour de fuir cet endroit qui ne leur correspondait plus du tout.

    C'est ainsi qu'à la rentrée dernière, Adolf et Berta démènagèrent pour une résidence de grand standing, loin du bruit, de l'anarchie et du non respect de la vie d'autrui.

    Depuis, ils vivent là des jours meilleurs, au calme, dans un lieu pittoresque, entouré de gentils voisins qui comme eux n'aspirent qu'à la paix et à la sérénité. 


    6 commentaires