• Le garde du corps

    Pour le jeu de Violette avec la lettre "D"

     

    Daniel Benassi voulait exercer la profession de garde du corps. Pour cela son employeur, un riche banquier très en vue dans la capitale, l’envoya faire un stage de préparation dans l’un des pays allié de la France.

    C’est ainsi, qu’il se retrouva ce matin là sur le tarmac de l’aéroport de Djibouti, à des milliers de kilomètres de Paris.

    Comme son cerveau se situait plutôt du côté des avant-bras que de sa tête, il avait du mal à comprendre où était situé Djibouti. En effet, faire la différence entre une ville qui est aussi un pays, c’est beaucoup plus simple avec le Luxembourg qu’avec un pays lointain perdu au bout de la péninsule africaine.

    Bref après quelques heures passées dans son cabinet, Manu, son patron, avait réussi à lui expliquer en lui indiquant sur Google où était le site d’entrainement.

    Cependant, pour qu’aucun lien ne puisse se faire entre son patron et lui, Manu avait discrètement piraté son téléphone portable et effacé tous les messages ainsi que le répertoire de Daniel. De cette manière, aucune chance de savoir par qui le stage commando de ce dernier était financé.

    Après un mois passé à crapahuter au sein d’une section commando, Daniel dont le cerveau n’était déjà pas très affuté revint à Paris où il entra directement en fonction.

    Afin de jauger ses compétences, Manu l’envoya en tant que témoin, surveiller une manifestation de travailleurs qui devait se dérouler dans les rues de la capitale.

    Malheureusement, pour tous ceux qui l’approchaient, les derniers neurones de Daniel voyaient un ennemi en chaque piéton qui s’approchait à moins de cent mètres de cette manifestation.

    C’est ainsi qu’à la fin de la journée, notre Rambo de bac à sable avait déjà mis au sol et hors d’état de nuire, trois hommes, deux femmes, huit enfants et…. Deux caniches.

    Devant une telle incompétence, Manu n’eut d’autre choix que de licencier son garde du corps, véritable grenade dégoupillée lâchée en pleine nature. C’est pour cette raison que Manu fit appel à l’un de ses amis, un grand professeur en psychiatrie qui possédait une clinique privée en banlieue.

    Depuis ce jour, on n’entendit plus jamais parler de Daniel et les piétons de la capitale ne furent plus jamais attaqués sans raisons par ceux qui étaient sensés les protéger.

    « Quand la Chine s’éveilleHalloween »

  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Octobre à 09:27

    Piètre garde du corps!

    Histoire bien construite(comme toujours)

    Gros bisous à toi et ta tendre moitié pour son anniversaire.

    Viovio en attente de diagnostic...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :