• L’entrée des artistes

    L’entrée des artistes

     

    L’entrée des artistes

    Il faisait nuit.

    Le froid s’était installé sur la ville en cette fin de mois de novembre et la cité, tel un gros fumeur, utilisait ses plaques d’égouts pour recracher ses bouffées de vapeurs, donnant aux voitures l’aspect de vaisseaux fantômes.

    Au loin une sirène de police hurlait tandis que face aux escaliers, un vieux chat s’enfuyait en miaulant de colère d’être dérangé.

    Cheryl, une grande fille d’un mètre quatre-vingt, dont quinze de talons, blonde platine de son état et stripteaseuse de métier, descendit les escaliers qui conduisaient à l’entrée des artistes du club où, pour cinq euros de l'heure, elle se lovait contre une barre de métal, en prenant des poses lascives, face à des clients plus occupés à vider leurs verres qu’à faire attention à elle.

    Comme elle était en avance, elle profita d’être arrivée aux pieds des marches pour fumer une cigarette. En attendant de prendre son service, elle se tenait debout, seule, face à l’entrée en contemplant la vieille porte issue d’un autre âge, à moitié déglinguée et taguée d’illustrations obscènes, bien à l’opposé de la lumières des néons disposés sur la façade principale de ce club de banlieue.

    Ce fut à cet instant qu’elle remarqua un étrange sac remplis, sembla-t-il, de billets et posé à même le sol, mal dissimulé derrière le container à poubelles.

    Elle tendit le bras pour s’en saisir, quand elle sentit quelque chose de chaud qui coulait entre ses deux seins rebondis. Instinctivement, elle porta la main à son cou, et vit du sang. Elle voulu crier mais aucun son ne sortit de sa gorge. Alors, tel un pantin désarticulé, elle s’écroula de tout son long contre le container.

    Comme pour ajouter une note de tristesse à cette scène, la pluie commença à tomber, humidifiant petit à petit le corps sans vie de la jeune fille, d’où s’échappait un long et mince filet carmin en direction de la grille du caniveau.

    Plus tard, le médecin légiste constata le décès du à une lame tranchante de type scalpel médical qui avait sectionné la carotide.

    C’est ce détail qui mit les inspecteurs sur la piste du docteur Hellerman, un chirurgien de seconde zone, spécialisé dans la chirurgie esthétique, et qui fréquentait le club dans lequel Cheryl exerçait son métier, en attendant de trouver mieux.

    Lors de son interrogatoire, il avoua avoir un penchant pour le jeu et être endetté plus que de raison.

    Le fameux sac était en fait rempli de la somme qu’il devait à son bookmaker. Ce soir-là, il était caché près du container en attendant ce dernier, avec lequel il avait rendez-vous devant l’entrée des artistes. Il prit peur quand Cheryl fit mine de vouloir prendre le sac et c’est ainsi qu’il lui trancha la gorge d’un geste chirurgical net et précis avec un scalpel qu’il avait au fond de sa poche…. Au cas où.

    Ce fut là sa dernière opération de chirurgie esthétique. Elle lui couta cher car depuis c’est lui qui sert de stripteaseur pour les autres mâles en manque de femmes, dans la prison où il est incarcéré à vie.

     

    « Loin de l’hiverEtoile de Noël »

  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Novembre à 13:23

    Excellent et l'histoire tient bien debout.

    Bisous vous deux

    2
    Lundi 27 Novembre à 15:27
    covix

    Bonjour, 

    Une courte nouvelle bien haletante, bien réussie.

    Bonne journée

    @mitié



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :